Image numéro 0 décrivant le lot
Image numéro 1 décrivant le lot
Image numéro 2 décrivant le lot
Image numéro 3 décrivant le lot
Image numéro 4 décrivant le lot
Image numéro 5 décrivant le lot
Image numéro 6 décrivant le lot
Image numéro 7 décrivant le lot
Image miniature numéro 0 décrivant le lot
Image miniature numéro 1 décrivant le lot
Image miniature numéro 2 décrivant le lot
Image miniature numéro 3 décrivant le lot
Image miniature numéro 4 décrivant le lot
Image miniature numéro 5 décrivant le lot
Image miniature numéro 6 décrivant le lot
Image miniature numéro 7 décrivant le lot

Jorj RUAL (1901-1986). Table de salle à manger en placage de palissandre et iroko sur âme de sapin. Le piètement en angle entretoisé. Signé et daté 1943 sur la ceinture. Haut. : 74 cm - Larg. : 179 cm - Prof. : 94 cm Jorj Rual est un ébéniste du mouvement SEIZ BREUR auquel il adhère en 1932. Fidèle à ses racines bretonnes et l'ébénisterie d'art, ce natif de Rennes se retrouve dans ce mouvement qui allie la modernité de l'Art Déco et la tradition pluriséculaire celtique. Créé en 1923 lors d'une rencontre au Pardon Folgoët, à l'initiative de Jeanne Malivel qui illustra le conte "Seiz Breur" (Sept frères) il a pour but de sortir des "biniouseries" qui disparaissaient au fur à mesure de la "francisation" de l'art en ce début du XXe siècle. C'est le début de l'art Celto-breton qui dans tous les domaines artistiques réunira une cinquantaine d'artistes comme les époux Creston, Jorj Robin, Joseph Savina, Xavier de Langlais, Yann Goulet, Robert Micheau-Vernez et Jorj Rual. Ce dernier participera aux grandes manifestations du mouvement que furent les expositions Internationales des Arts Décoratifs dont celle de 1925 avec le pavillon "Ti Breiz". Lors de celle de 1937 en collaboration avec Jacques Mottheau Rual livre le bahut du vivoir et la salle à manger de l'appartement synthétique. Entre ces deux évènements, il reprend en 1935 l'entreprise familiale de création de meubles. Dépositaire d'un savoir-faire de qualité, il s'attache à le transmettre en enseignant à l'école des Beaux-Arts de Rennes. Il s'impliquera dans la revalorisation du travail manuel grâce à la coopérative artisanale de Bretagne créé en 1942. Les rennais pourront admirer les lambris qu'il a sculpté dans un bar de la rue d'Argentré.